L’équation africaine

Titre : L’équation africaine

Auteur : Yasmina Khadra

Editions : Pocket (2012)

Genre : Contemporain

RÉSUMÉ

Bouleversé par la mort de sa femme, le docteur Kurt Krausmann inquiète son entourage. Entraîné presque malgré lui par son ami Hans dans une expédition humanitaire, il compte sur ce voyage pour se reconstruire.

Un matin, au large du Soudan, des pirates arraisonnent leur voilier, les réduisant en otage.

Privé de liberté, Kurt va pourtant découvrir le vrai visage de l’Afrique, de pays en pays, de rencontres étonnantes en découvertes insoupçonnées.

MON AVIS

Que dire sur ce livre ? J’avais adoré « Ce que le jour doit à la nuit » du même auteur, que j’ai lu si mes souvenirs son bons il y a plus ou moins cinq ans. C’est ce coup de cœur qui m’a donné envie de lire d’autres romans de Yasmina Khadra. Cependant ces deux romans sont très différents. N’allez pas comprendre par là que je n’ai pas aimé « L’équation africaine », seulement je n’y ai pas retrouvé ce que j’avais adoré dans le précédent.

J’ai été ravie de retrouver le style de l’auteur, très doué pour la narration, bien qu’il m’ait parfois complètement perdue dans de longues envolées lyriques pleines d’un vocabulaire trop complexe et de métaphores parfois tirées par les cheveux. J’ai dû faire plusieurs pauses pendant ma lecture pour chercher la signification de certains mots sur internet. Même si j’aime apprendre de nouveaux mots, c’était parfois trop.

Le roman est divisé en trois parties : la première parle de la vie du personnage principal en Allemagne, la deuxième de son départ et de sa vie sur le continent africain, et la troisième nous offre un joli dénouement et une introspection intéressante. Je dois avouer m’être un peu ennuyée à certains moments dans les deux premières parties. Bien que les mésaventures vécues par Kurt et son ami soient sur le fond captivantes, la forme m’a parfois fait trouver le temps long.

Même si quelques éléments de l’histoire sont un peu tirés par les cheveux avec un peu de recul, le roman se lit assez vite et l’histoire paraît plausible sur le moment. Au fil de son récit, Yasmina Khadra nous plonge dans le quotidien des otages européens détenus par de petits groupes de trafiquants soudanais dans l’espoir d’en tirer le meilleur profit. Ces pirates sont décrits sans pitié, ils commettent tout au long du roman des actes barbares, tout aussi affreux que choquants.  Ces actes sont décrits par l’auteur, parallèlement aux réactions du personnage principal. On découvre ce dernier au fil du temps. Si au début il est effondré, on le trouve ensuite révolté, choqué, épuisé, condamné. Il passe par tout un tas d’émotions et je trouve que c’est le côté enrichissant de ce livre. On suit vraiment son état d’esprit tout au long de sa captivité, ainsi que sa remise en question progressive et sa réflexion sur la vie et sur les acquis.

Comme je l’ai dit précédemment, la dernière partie est vraiment centrée sur une introspection et une remise en question du personnage principal, un changement de position quant à sa vision de l’Afrique et de l’état d’esprit de ses habitants. Elle nous permet, à nous lecteurs, d’entamer la même réflexion et de nous remettre nous-même en question quant à notre mode de vie, notre confort, nos plaintes d’aise.

Même si je m’attendais à mieux, j’ai quand même apprécié ma lecture, surtout la dernière partie vous l’aurez compris. Yasmina Khadra, même s’il m’a moins touchée que la dernière fois, a réussi à me faire voyager sur les terres africaines. Et puis, un petit rappel sur le vrai sens de la vie est toujours bon à prendre !

 

MA NOTE : 12/20

« Vis chaque matin comme s’il était le premier
Et laisse au passé ses remords et méfaits
Vis chaque soir comme s’il était le dernier
Car nul ne sait de quoi demain sera fait. »

« Celui qui ne voit l’Afrique qu’une seule fois dans sa vie mourra borgne. »

« Là où l’amour sème, on récolte sans compter car tout redevient possible lorsque le coeur et la raison fusionnent. »

« Le courage, monsieur Krausmann, le courage tout court, c’est de croire en soi. »

 

Publicités

3 réflexions sur “L’équation africaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s